create your own web page

La Femme au centre du travail d’Audrey Cusey

À LA RENCONTRE DE

Anna Rivier - 30 Mars 2023

Mobirise

Photo de l’artiste – Par Manuel Dos Reis

Il y a quelques jours, The Art Cycle a rendu visite à Audrey Cusey, artiste peintre vivant à Paris.
C’est dans l’intimité de son appartement parisien que l’artiste s’est confié à nous sur sa pratique artistique.  

• • • Le hasard fait les rencontres 

Originaire de la région parisienne, Audrey Cusey se rend compte assez jeune qu’elle veut faire de l’art son métier. L’artiste opte pour un lycée d’arts appliqués durant lequel elle fait un stage avec la scénographe Natacha Markoff, qui révèle son amour pour la peinture. Après l’obtention de son diplôme, Audrey suit un BTS design d’espace, avant de se rendre compte que son avenir était ailleurs. 

Mobirise

C’est lorsqu’elle devient chef hôtesse dans un restaurant en face du célèbre musée du Louvre, qu’Audrey fait la rencontre d’un artiste peintre. Lors de leurs échanges, il lui conseille de prendre des cours du soir aux Beaux-Arts et de pratiquer la copie au musée, chose qu’elle fait.

L’artiste suit les cours de Filip Mirazovic, peintre et enseignant qui lui apprend une solide technique de peinture classique. Par la suite, elle entreprend l’activité de copiste au musée du Louvre qui l’aide à se faire confiance en tant qu’artiste et lui apprend la rigueur de la pratique. 

Photo de l’artiste au Musée Courbet

Lorsqu’elle peint au musée, l’artiste se crée une bulle où elle écoute de la musique pour ne pas être perturbée par le bruit environnant. Parfois les gens s’approchent et observent ce qu’elle fait. Elle nous dit être toujours tombée sur des gens très bienveillants face à son travail.

Aujourd’hui, l’artiste s’est un peu éloignée de son activité de copiste, même si elle revient parfois au Louvre pour retrouver ses premières amours. Elle a désormais entrepris une recherche plus personnelle dans sa peinture.  

« Je suis très sensible à la beauté des lieux, le Louvre fait partie de ces lieux où dès que tu arrives, tu te dis "waouh". Si j’aime autant le Louvre c’est aussi parce que je suis assez sensible aux peintures classiques. »

• • • Créer pour militer

Dans le monde de l’art, la femme n’a pas toujours été au centre de tout. Aujourd’hui, les artistes féminines, comme Audrey, utilisent leur passion pour la création afin de porter un message, une voix.

Mobirise

Dans les créations de l’artiste, notamment sa série « Stripe », réalisée dans un style pop et graphique, on retrouve une source d’inspiration commune : la femme.
« Mes sources d’inspiration c'est vraiment l'humain et le féminisme. C'est vrai que j'y suis très sensible, aussi par mes propres expériences de vie. »

Audrey crée des œuvres d'art qui représentent des femmes fortes et indépendantes, tout en mettant en lumière leur vulnérabilité. L’artiste a fait le choix de représenter des icônes féminines, celles de son adolescence comme Marylin Monroe, Paris Hilton ou Mia Wallace. Toutes ces femmes sont puissantes par la représentation qu’en fait la société, mais elles ont toutes leurs faiblesses et leurs vulnérabilités.  

Photo de l’artiste

Les œuvres de la série « Stripe » sont d’abord dessinées à la main, puis retravaillées pour créer un grand format en pochoir. En partant du dessin d’observation, la contrainte de lignes qui synthétise l’image est apparue. La ligne devient l’élément qui fait apparaitre le visage, comme si de l’ombre apparaît la lumière. Grâce à ses portraits, Audrey amène son public à une réflexion sur la représentation des femmes et la manière dont elles ont souvent été enfermées dans le rôle de vierge ou de pécheresse.

Mobirise

Œuvre « Marylin vs Paris » d’Audrey Cusey

« Pour Marylin Monroe et Paris Hilton je trouvais intéressant de mettre en rapport le côté « très lisse » que pouvait avoir Marylin, avec le côté très trash de Paris Hilton. C’est une façon de voir aussi comment ont évolués les icônes féminins. »

En plus d’un travail de réflexion, la série « Stipe » permet aussi à l’artiste de sortir de la représentation classique et d’aller vers une démarche de création plus personnelle et plus intime.

• • • Un chemin vers l’intime

Aujourd’hui, Audrey entame un nouveau travail de création autour de portraits intimes. Pour celui-ci, elle récolte des témoignages de femmes, autour de leurs perceptions d’être une femme dans la société. Il y a une forme de continuité avec la série « Stripe », la ligne devient des mots, leurs maux ou victoires, où les portraits fusionnent avec leurs récits, comme une marque du temps sur le visage.

« Dans ce projet de portraits intimes, je me dirige vers ma vision très personnelle de la peinture. Je parle de sujets qui me sont chers, toujours dans le rapport aux femmes. J’ai encore du mal à sortir ma propre vulnérabilité et je suis très reconnaissante de la confiance qu’ont les personnes qui se livrent à moi. Étonnamment, je remarque que beaucoup de leurs témoignages me touchent directement. »

Parler de soi, de ses émotions et de ses ressentis est difficile dans un travail artistique. Audrey prend le temps d’explorer ses sujets dans son art et tente de se libérer doucement de sa carapace intérieure.

Mobirise

« Chaque témoignage résonne différemment chez chaque personne, et c'est ce qui m'intéresse. C'est terrifiant de se dire que nous avons toutes vécues des choses similaires, cela met d'autant plus en lumière notre besoin d'être solidaire. Nous sommes beaucoup de femmes à mettre en lumière ceci... mon moyen d’expression, c’est de le peindre. »

Cette série est amenée à évoluer et à s’élargir. L’artiste souhaiterait aborder plus largement le thème de l’humain et des conditions sociales. Notamment auprès de minorités telles que les personnes sans domicile fixe, issues de l’immigration, ou encore en allant à la rencontre de personnes âgées en Ehpad.

Un des portraits intimes d’Audrey Cusey

• • • Ton univers artistique en 3 mots ? 

« Portrait, humain et féministe. Mon travail, c’est un questionnement personnel sur l’humain. » 

• • • Le mot de la fin

La rencontre entre The Art Cycle et Audrey est encore une fois le fruit du hasard. Audrey rentre chez elle en fin de journée et passe devant la galerie où nous exposions dans le 10ème arrondissement de Paris, et fait la rencontre de Julie (fondatrice The Art Cycle).

Après plusieurs mois de collaboration et une exposition de ses tableaux au salon Art3F Paris, nous sommes heureux de compter Audrey parmi nos artistes de la galerie.

Merci Audrey pour ce bel échange.


Vous aimerez aussi ! 

PARTAGEZ CET ARTICLE !