css templates



Comment les musées continuent d'attirer les foules ?

ÉVEILLEZ VOS SENS

Cyrielle Bisson - 12 Mars 2019

Mobirise

Photo by Igor Miske on Unsplash

Chez Tac, nous sommes des art lover. Et à force de décrypter l’activité artistique du moment, nous avons eu envie de nous intéresser à un autre sujet assez proche de l’art : la muséologie.

La muséologie, c’est une science née au XVIIème siècle qui touche à ce qui concerne les musées, leur histoire, leur mission et leur organisation. Tout au long du XXème siècle, l’enjeu était de faire du musée un lieu pivot, au centre de l’éducation et de la réflexion sociale. Aujourd’hui, la muséologie fait face à un nouveau dilemme : le manque de temps et parfois d’intérêt du public. Alors comment se démarquer au milieu du bouillon culturel qui nous entoure ? Les musées doivent-ils changer leur approche pour continuer à attirer des visiteurs ? Tac fait le point sur l’avenir de la muséologie! 

• • • MÉTRO, BOULOT, DODO ... EXPO ? 

« - On va au musée ce soir ? Il y a une nocturne au centre Pompidou.

- J’aimerai mais je vais finir trop tard… et puis j’ai vu une story Konbini sur cette expo, j’étais pas convaincue. » 

En deux répliques, The Art Cycle met en lumière deux des plus gros casses-têtes pour les musées aujourd’hui : le manque de temps, et la concurrence des réseaux sociaux.

Le manque de temps, nous le vivons tous. Difficile de concilier une journée au bureau et une sortie culturelle quand on croule sous le travail. Un peu frustrés par cette course contre la montre, nous avons tendance à nous rabattre sur Internet et les réseaux sociaux pour en savoir plus sur l’expo du moment.

Face à ce double problème de timing et de réseaux sociaux, la culture est forcée d’évoluer pour conserver son attractivité. Depuis une dizaine d’années, les musées se couchent donc de plus en plus tard pour adopter le rythme de vie de leur public.

Organisée tous les ans en Mai, la Nuit des Musées permet par exemple de visiter ses expos préférées gratuitement et jusqu’à minuit. En 2019, l'événement avait mobilisé plus de 3200 musées dans trente pays européens, dont 1200 en France qui ont accueilli plus de 2 millions de visiteurs. Un beau record dominé majoritairement par la présence d’un jeune public (18-25 ans), mobilisé à la fois par l’art et par la flexibilité des horaires.  

Mobirise

Nuit des musées 2019 - Paris

• • • MUSÉE LUDIQUE & RÉSEAUX SOCIAUX

Ludique ? Vous avez dit ludique ? Eh oui, l’un des grands changements dans le paysage artistique est l’utilisation des réseaux sociaux pour rendre les musées plus accessibles.

Le secteur culturel investit de plus en plus dans une communication muséale qui permet d’attirer le visiteur mais également de garder contact avec lui. Le Centre Pompidou en particulier, consacre l’un de ses contenus « à la une » sur Instagram à la republication des photos des visiteurs : une première pour investir le public au centre de la vie du musée.


Toujours dans le digital, les réseaux permettent de voir et revoir l’expo après la visite, sans pour autant trouver un moment de libre dans son emploi du temps. En effet de nombreux musées proposent aujourd’hui de courts reportages vidéo (disponibles sur Facebook ou Instagram la plupart du temps), qui agissent soit comme teaser de l’expo, soit comme des micro-reportages plus détaillés d’une œuvre en particulier.

Une chose est sûre : les moyens digitaux entrepris par les musées renouvellent aujourd’hui l’approche de la culture, tout en fidélisant le public. Pour exemple, le centre Pompidou compte aujourd’hui plus d’1 million d’abonnés sur sa page Instagram.

Mobirise

Expo portraits de famille – Centre Pompidou 2018 

• • • DES LIEUX D'EXPOSITION HYBRIDES

Exit l’image du musée plein de poussière !

Aujourd’hui on ne visite plus seulement une expo, mais un lieu en entier : On pense notamment aux musées d’art moderne, à la maison de Dali, le Tate Museum, la fondation Louis Vuitton… Ces petits bijoux d’architecture renferment autant de surprises dans leurs murs que dans les expositions qu’ils abritent. Pour cette raison, les musées prennent aujourd’hui très à cœur le cadre et la construction de leurs édifices.

Un musée d’art à l’architecture étonnante a beaucoup plus de chance d’attirer le public, sensible au cadre dépaysant et original que lui propose le musée. C’est le pari qui a notamment été relevé par le Mucem à Marseille, lors de son ouverture en 2013. En surplombant le vieux port, le musée contraste en douceur avec le quartier historique de la Canebière.

Mobirise

Le Mucem à Marseille

• • • L'EXPÉRIENCE IMMERSIVE ET LES MUSÉES

Bien que le cadre soit un élément incontournable pour attirer le public, il ne faut pas laisser de côté le sujet principal, c’est à dire le contenu de l’exposition. Aujourd’hui, le public est en recherche de sensations fortes à travers la culture. Une exposition doit marquer l’esprit, ses œuvres et sa scénographie doivent avoir suffisamment d’impact pour que le public en garde un souvenir pérenne.

Pour cette raison, les musées deviennent de plus en plus inventifs dans leurs contenus… et mélangent les arts. On se souvient par exemple de « l’expo électro » réalisée l’année dernière par La Villette, dont l’expérience permettait de profiter à la fois de la musique mais également des documentaires réalisés sur la naissance de l’électro.

Le Palais de Tokyo, également friand de scénographies et thèmes hybrides, utilise lui aussi le mix des arts dans tous ses évènements. En définitive, le musée ne propose plus simplement une exposition, mais une véritable expérience aux visiteurs.

The Art Cycle Tips : Si vous aussi vous êtes adeptes des expos mélangeant les arts, Tac vous conseille la nouvelle expo du Palais de Tokyo Notre monde Brûle. Plus d’infos juste ici.

Mobirise

Source de gauche à droite : Vivre Paris & Mon Paris Joli

• • • L'ART HORS LES MURS
Vous l’aurez compris, les pratiques culturelles se décloisonnent de plus en plus. Les musées se renouvellent en proposant de nouvelles expériences à leurs spectateurs… des expériences hors les murs.
La culture s’exporte pour être accessible à tous, y compris ceux qui n'aiment pas le cadre traditionnel du musée. La Nuit Blanche, organisée tous les ans au mois d’octobre par la ville de Paris, permets à l’espace urbain de s’adapter pour devenir le terrain de jeu des artistes et de leurs œuvres. Le musée sort donc de son carcan traditionnel, pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Enfin, en plus d’être accessible au plus grand nombre, les musées se mélangent de plus en plus aux autres sphères de la vie en devenant des lieux de rencontre et de partage. C’est le cas des nouveaux lieux de vie comme le Ground Countrol et le 104 à Paris, le Darwin Ecosystème à Bordeaux ou l’Ile des Machines à Nantes. Ces nouveaux horizons artistiques rompent avec le traditionnel schéma muséal, tout en proposant un accès à l’art convivial et sans se prendre au sérieux. La raison est simple : les visiteurs y sont libres d’alterner la visite d’expositions avec le chinage de vide-greniers, une halte dans un food truck, ou encore la sieste à l'ombre d'un potager collectif… tout un programme !

Mobirise

Le Darwin Ecosysteme Bordeaux 

Partagez cet article !

Vous aimerez aussi !