Art et écologie :
Quatre artistes à la main verte

ÉVEILLEZ VOS SENS

free html5 templates

Cyrielle Bisson - 10 Octobre 2019

Mobirise

« L’arche de Noé Climat » par Gad Weil, créé en 2015 à la veille de la Cop21

À l’heure où la santé de la planète s’emballe, l’art écologique devient plus que jamais porteur de message. Aujourd’hui The Art Cycle vous introduit au travail de quatre artistes engagés écologiquement, amateurs de ressources naturelles ou encore tout simplement amoureux des richesses de la planète bleue.

• • • VALÉRIE FOVET

Mobirise

« Dame Naturel » Valérie Fovet, 2018

L’artiste peintre amiénoise prends comme thème de prédilection la nature qui l’entoure. A l’occasion de son interview Tac, Valérie Fovet nous apprends qu’elle voudrait « lier son art à la préservation de la planète ». De « la ballade de Dame Nature » à « l’arbre de vie » l’artiste fait donc de la planète l’une de ses muses aux couleurs vives. Les natures harmonieuses de Valérie osent le vert – et cela fait du bien. 

• • • THOMAS SARACENO

Mobirise

Toiles d’araignées mises en situation- dans le studio de Thomas Saraceno, 2016

En Novembre 2018, le Palais de Tokyo a donné carte blanche à ce jeune designer. Sur plus de 200m2, l’artiste mets en scène sa propre vision de l’élément dans lequel nous baignons tous : l’air. En mêlant des toiles d’araignées géantes avec des jeux de lumières tamisées, Thomas Saraceno invite le visiteur à se remettre en question : au sein de cet univers poétique, l’homme se sent aussi fragile que ces toiles délicates et perlées. Avec brio, l’artiste nous montre qu’il est urgent que nous prenions en compte l’importance de l’univers qui nous entoure, et ce même lorsque nous ne le voyons pas. 

• • • BANKSY

Mobirise

"From this moment despair ends and tactics begin" Banksy, 2016

On ne présente plus l’artiste street art Banksy, dont la réputation n’est plus à faire. Lorsqu’il ne graffe pas contre le capitalisme, l’artiste dessine en faveur de la planète bleue. Lors d’un rassemblement pacifiste organisé en Mai 2019 par un groupe de jeunes écologistes à Londres, une œuvre signée par le mystérieux artiste apparaît non loin du mouvement dans le centre de la ville. 

L’inscription « à partir de maintenant, le désespoir prend fin et la tactique commence » graffée à côté d’un enfant avec un foulard, résonne comme un message d’espoir pour la cause écologique. Ce graffiti au message significatif rejoint la liste d’œuvres écologiques déjà réalisées par l’artiste. 

• • • GAD WEIL
Mobirise

« Nature Capitale » – Champs Elysées, 2010

Parce que la cause de l’écologie nous concerne tous, Gad Weil voit les choses en grand. L’artiste designer travaille à l’extérieur et sensibilise les citadins aux ressources de la planète. En 2019, il a l’idée de détourner l’avenue des Champs Élysées en un jardin d’Eden sur l’asphalte, entre fleurs, arbres, grands parterres d’herbes et plantations. 

Plus récemment, c’est la Place de la République qu’il choisit de transformer en la recouvrant d’arbres et de végétations diverse. 

Ces lieux détournés transformés en œuvres d’art éphémères marquent les esprits, tout en nous sensibilisant d’une manière ludique au respect de la planète.

Partagez cet article !

Vous aimerez aussi !