website templates

Damjump, 
un artiste qui peint à l'instinct

À LA RENCONTRE DE ...

Oriane Auzerie Dubon - 6 mai 2021

Mobirise

Damien Huyghe, aka damjump, est un artiste peintre et dessinateur autodidacte qui a décidé de se lancer pleinement dans son art il y a seulement 3 ans, alors encouragé par ses proches.

Se décrivant lui-même comme un « buvard à émotions », rencontre avec un artiste qui peint à l’instinct pourtant inconsciemment guidé par les faits d’actualité qui l’entourent.

• • • De Damien à damjump

Damien est d’abord un entrepreneur dans l’ergonomie et a créé et cofondé plusieurs entreprises dans les années 2000.

En 2018, il change de vie, de région, arrive à Amiens et c’est à ce moment-là, il se lance véritablement dans la peinture et devient un artiste professionnel.

Autodidacte, il a pourtant suivi une formation de dessin au trait en 1987 aux États-Unis. Cette option choisie dans son école lui permet de dessiner une heure par jour pendant un an.

Dans l'atelier de l'artiste Damjump

• • • Un artiste aux multiples inspirations 

Loin des clichés de l’artiste qui a besoin de sa solitude pour créer, c’est dans une certaine effervescence que damjump aime peindre et dessiner. Il me raconte qu’il travaille souvent assis à la terrasse d’un café. Sinon, lorsqu’il est chez lui, c’est plutôt avec la musique à fond que ses pinceaux se mettent à danser. 

C’est également un artiste qui s’inspire du monde qui l’entoure, des faits de société et de l’actualité. Les thèmes du climat et des violences humaines sont très importants dans ses œuvres. C’est en « écriture automatique » et avec de gros traits noirs peints au couteau qu’il livre ses émotions sur le papier et la toile. 

D’ailleurs, pour leur travail de la ligne, Vassily Kandinsky et Joan Miró sont deux artistes qui l’ont beaucoup inspiré. 

Mobirise

Oeuvre de l'artiste Damjump

• • • Une peinture à l’instinct  

« Lorsque je peins je me raconte une histoire. Pourtant c’est assez automatique, je ne sais pas ce que je vais peindre à l’avance, l’idée vient au fil du pinceau. Je ne me dis pas que je vais peindre sur tel ou tel sujet. Pourtant inconsciemment, ma peinture s’inspire du monde qui nous entoure et apparait souvent comme une réaction à un fait de société. »

Sa peinture est donc presque inconsciente. Je comprends qu’il peint pour exprimer ses émotions, ses ressentis. Il raconte d’ailleurs qu’il est un « buvard à sensations ». Ce sont les siennes, celles des autres et celles du monde qui nous entoure qu’il transmet et explore à travers son art.  

« Je peins en premier les gros traits noirs au couteau, puis les plus petits et enfin la couleur. Mon tableau se forme et lorsque j’ai le sentiment qu’il raconte une histoire c’est qu’il est terminé. Le nom que je vais lui donner découle de cette histoire. »

Damien me raconte également qu’il recherche un certain équilibre entre le noir et la couleur dans ses toiles, et que la couleur a souvent un rôle très important dans cette quête. De premier abord très abstraites, ses toiles se révèlent parfois finalement assez figuratives. La couleur permet de créer ou plutôt d’imaginer des formes quasi-humaines.

Pendant ma visite de son atelier, plus j’observe ses toiles et plus les formes abstraites semblent prendre vie. J’arrive à y voir des personnages, des silhouette, dessinés dans la couleur.

C’est le cas de certaines de ses toiles qu’on retrouve sur notre galerie d’art en ligne The Art Cycle.

Il revient, pour nous, sur deux de ses œuvres à retrouver sur notre site.

• • • L'OEUVRE DIVINITA
Mobirise
Oeuvre "Divinita" de l'artiste Damjump

« Dans cette œuvre ‘Divinita’ il y a la fois une certaine violence qui se dégage mais aussi de la douceur grâce au blanc. On dirait qu’il y a un personnage en blanc au centre, on ne sait pas si c’est un homme ou une femme. On revient à l’écriture automatique ou tout s’est finalement formé en peignant directement sur la toile.

On pourrait également percevoir un autre personnage sur la gauche dans le marron.

Dans cette toile, et comme dans toutes, j’ai d’abord commencé par peindre les gros traits noirs. J’ai ensuite réalisé les plus petits traits, puis la couleur, pour enfin finir les détails aux posca ou au pinceau très fin. »

• • • L’œuvre « Esclavage moderne »  
Mobirise

Oeuvre "Esclavage Moderne" de l'artiste Damjump

« Pour réaliser cette œuvre, je me suis inspiré d’une photographie qui avait été exposée à la Fondation Carmignac, de l’île de Porquerolles, à l’occasion de l’exposition de la 8ème édition du Prix Carmignac sous le thème de l’esclavage moderne justement. On voyait sur cette photo une jeune fille dont on avait confisqué le passeport. Mon tableau rend hommage à cette œuvre et au travail de la Fondation qui a montré à travers cette édition l’impact des migrations climatiques et économiques sur la liberté de nombreuses personnes. » 

• • • L’importante place du spectateur 

Dans sa création, il me confie que l’observateur à un rôle déterminant. À la manière de Soulages qui disait « que l’art se créé dans l’espace entre l’œuvre et l’observateur », Dam Jump aime que la lecture de son œuvre soit celle du spectateur et qu’elle provienne de ce qu’il ressent et interprète de la toile.

« Personne ne voit les mêmes choses. On peut tous trouver des niveaux de lecture différents. Sur un même tableau, on ne verra pas non plus forcément la même chose selon le moment ou selon nos émotions. »

Il laisse donc dans sa toile des énigmes. Il aime que les spectateurs usent de leur imagination pour lire son œuvre.

• • • Le mot de la fin … de DamJump 

« Il est des œuvres dont on espère qu’elles

touchent, d’autres qui voyagent par-delà les  

vagues, d’autres qui divaguent et transportent…

Les nuages, le feu, les sens, la conscience d’être

au monde et d’être ailleurs. C’est un peu tout ça

l’art que je vis, et la vie dans laquelle j’œuvre.

Réunir le vent et la mer dans le rouge du Feu ardent.

J’irradie à vie, je pleure à vue, je vis à voix, je parle à

vous.

Le vent des vagues sourit au verbe ardent des verts acidulés.

Le blâme entend les vers de l’ile proche, le rouge affirme

l’épice des rochers du naufrage… Le Feu passe et brule mes

yeux, la mer coule sur mes joues…

J’y suis, j’y reste. À vie. »

Mobirise
L'artiste Damjump dans son atelier

PARTAGEZ CET Article ! 

Vous aimerez aussi ! 

Interview Vidéo Najda M - Artiste de l'Art Écologie