Le CoBrA ou l'idéal d'une meilleure société

HISTOIRE DE L'ART

create your own site for free

Audrey Abraham - 07 Février 2019

Mobirise

"Je lève, tu lèves, nous rêvons", 1948 - Christian Dotremont et Asger Jorn

Réunissant des peintres, sculpteurs et poètes des Pays-Bas, du Danemark et de Belgique, le groupe CoBrA n’a eu qu’une brève existence de trois ans (1948-1951) mais reste un mouvement référence dans l’histoire de l’art moderne.

• • • LA NAISSANCE DU MOUVEMENT

Le groupe CoBrA naît le 8 novembre 1948 dans le café Notre-Dame à Paris, du rapprochement de six artistes : Asger Jorn, chef de file du surréalisme abstrait danois, Christian Dotremont, poète et peintre belge, Joseph Noiret, Karel Appel, Constant Nieuwenhuys et Guillaume Corneille.

Dans un élan de rejet de la culture rationaliste européenne post seconde guerre mondiale, ils s’unissent avec pour objectif de réaliser leur idéal d’une meilleure société qui ne serait pas soumise aux normes et aux conventions. Naît alors le mouvement CoBrA du nom des villes dont ils viennent : Copenhague, Bruxelles et Amsterdam

Tous ont pour profonde conviction de rechercher les formes irrationnelles qui peuvent s’exprimer dans l’art toutes formes confondues. A l’origine de leur activité artistique : une réflexion politique révolutionnaire de la société et contre toute spécialisation de l’art. Ils s’intéressent ainsi à la réalisation d’œuvre transdisciplinaires, liant poèmes, écritures et peinture. Peintres, poètes et sculpteurs se rencontrent alors pour créer ce qu’ils appellent « la peinture à deux pinceaux, l’écriture à deux pensées ».

Voici quelques exemples d'oeuvres de ce mouvement : 

• • • L'EXISTENCE BREVE DU MOUVEMENT

Très rapidement CoBrA conquiert l’Europe et la scène internationale. De nombreux artistes se joignent au mouvement et les expositions s’enchainent dans les capitales du nord de l’Europe.

En novembre 1949 à Amsterdam, se tient l’exposition internationale d’Art expérimental CoBrA. A ces événements se joint la publication régulière d’une revue du même nom ainsi que la réalisation de nombreux ouvrages collectifs.

En 1951, les maladies de Jorn et Dotremont, leaders du mouvement, et l’éparpillement du groupe entre les différentes villes européennes, mènent à la fin précoce du mouvement. Ainsi, en octobre 1951, sort le dixième et dernier numéro de la revue.

Depuis, de nombreuses rétrospectives se tiennent régulièrement sur ce mouvement bref mais marquant de l’art contemporain.

Au printemps dernier, le musée des Beaux-arts de Pont-Aven (Bretagne) a présenté l’exposition «CoBrA, la couleur spontanée » rassemblant une centaine d’œuvres du mouvement. La manifestation a accueilli plus de 37 000 visiteurs.  

PARTAGEZ CET ARTICLE ! 

Vous aimerez aussi !