amp templates

Marion Chombart de Lauwe, l’art pour se souvenir

À la rencontre de…

Anna Rivier - 03 Novembre 2022

Mobirise

Marion Chombart de Lauwe

La semaine dernière, The Art Cycle a rencontré l’artiste plasticienne Marion Chombart de Lauwe, qui nous a ouvert les portes de son univers, entre dessin, gravure, peinture et théâtre. 

• • • L’artiste aux multiples facettes 

Née à Paris, Marion Chombart de Lauwe est une artiste au parcours éclectique. Elle commence des études d’anthropologie et par la suite, suit une formation professionnelle au théâtre, métier qu’elle décidera de laisser de côté, petit à petit, pour développer sa pratique artistique.

Sans avoir fait d’école d’art, le geste plastique a toujours accompagné le travail de la comédienne, notamment par la création d’univers visuels vidéo, la scénographie, ou encore la création d’affiches des spectacles qu’elle dessinait.

Après une dizaine d’années à se focaliser sur son travail d’artiste-plasticienne, Marion oscille entre dessin, gravure et peinture. Elle se compare aux musiciens improvisateurs qui, comme elle, ont un outil de création, aiment le déformer et le faire vivre.

La gravure et le dessin ont permis à l’artiste de comprendre la matière qu’elle travaille. En ce sens, elle aime retirer la matière, autant que d’en ajouter, comme on pourrait le faire en peinture. Elle dessine et grave dans le bois, le métal ou autres matériaux récupérés, des environnements en métamorphose, dans une démarche libre et sensible.


Mobirise

Gravure - Fabrique de glace sur l'île de Nantes - Marion Chombart de Lauwe

« J’ai eu une commande de la Métropole de Nantes. Eux ils voulaient garder la mémoire d'un lieu qui allait disparaître parce qu'il était symbolique pour eux. C’était la fabrique de glace sur l'île de Nantes, qui est en train de se faire transformer fortement parce que c'était très industriel à l’origine et que maintenant ça devient un endroit gentrifié, plutôt pour habitant. »

• • • La démarche de l’artiste

Ce que l’artiste cherche à explorer, c’est de quelle manière les paysages et les lieux, peuvent laisser une marque et une empreinte dans le temps.

L’artiste travaille généralement sur des projets artistiques de longue durée, pour lesquels elle s’engage à illustrer des sujets tels que la transformation ou la mémoire de lieux en transition.  

Lors de ces créations, notamment sur les chantiers, Marion s’entoure des gens ayant évolués ou travaillés dans le lieu qu’elle souhaite étudier, afin d’y percevoir toute son histoire et de le représenter au mieux.

« Je rencontre toutes les couches de la société autour d'un chantier. Un chantier de démolition ça veut dire des ouvriers qui travaillent dessus maintenant, mais si c'était une usine il y a aussi des ouvriers d'avant qui font le deuil d'une histoire qui est en train de s'en aller. Il y a aussi les habitants, qui voient ce lieu disparaître et les politiques qui ont fait ce choix. Donc je touche un peu toutes les couches hiérarchiques et ça m'intéresse parce que je suis dans une observation de terrain et au final, l'objet est créé. »

Gravure - Magasins généraux de Pantin - Marion Chombart de Lauwe

Gravure - Usine de la Vilette - Marion Chombart de Lauwe

• • • Graver et mettre en perspective, pour se souvenir 

Dans la réalisation de ses gravures, que Marion décrit comme un travail « Irrégulier, vivant et pénétrant », elle s’inspire en s’imprégnant d’un contexte, d’une situation ou d’un nouvel environnement pour créer les mémoires de lieux existants ou mixer les histoires de différents lieux pour créer ses paysages inventés.


Dans sa démarche de retranscription de la mémoire de lieux gorgés d’histoire, elle explore différents lieux comme les Magasins généraux de Pantin ou encore l’usine de la Rhodiacéta à Besançon. 

Mobirise

                                                   Gravure - Usine de la Rhodiacéta à Besançon - Marion Chombart de Lauwe

Mobirise




Les Magasins généraux de Pantin sont des anciens sites industriels situés au bord du canal de l'Ourcq, transformé en centre de création sur lesquelles Marion a réalisé toute une collection de gravures.

Gravure - Magasins généraux de Pantin - Marion Chombart de Lauwe

Pour l’usine de la Rhodiacéta à Besançon, l’artiste a travaillé sur la mémoire du lieu allant être détruit. Les anciens ouvriers de l’usine ont trouvé ce travail important, il leur a permis d’avancer dans leur processus de deuil. Ce qui pour l’artiste ne s’inscrit pas dans une démarche historique, mais bel et bien poétique.

Toujours dans cette réflexion et cette nécessité de garder en mémoire un lieu ou un environnement, Marion part en 2021 en résidence en Guyanne, dans le camp de la transportation, ou, Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni.

Là-bas, elle récupère des morceaux du bagne en bois ou en métal et y inscrit le souvenir des bagnards autrefois condamnés dans ce lieu. 

Mobirise

Gravure - Camp de la transportation en Guyanne - Marion Chombart de Lauwe

« En allant dans les archives, j’ai trouvé un petit objet, qui représente une guillotine, mais en fait c’est fabriqué par les bagnards et c’est un coupe cigares. C’est des objets qu’ils fabriquaient notamment pour gagner un peu d’argent et repartir en France. C’était des gens déportés pour des actions politiques qui n’allaient pas dans le sens du gouvernement et certains étaient des artisans qui fabriquaient des superbes objets. Ici j’ai créé un peu un trouble, en incrustant une image de guillotine sur un morceau de bagne, mais en fait ce que ça raconte ce n’est pas l’histoire de la guillotine, mais l’histoire d’un objet outillé par les bagnards qui cherchaient à partir.

En fait, c’est un petit outil rigolo parce que c’est un coupe cigare et il y a une sorte d’ironie dans l’histoire. […] Moi j’aime bien inscrire un message où il y a du jeu entre ce que l’on voit et la véritable histoire de l’objet, créé des zones troubles. On croit voir quelque chose de représenter mais en fait c’est plus compliqué que ça. L’histoire a toujours plusieurs niveaux de lecture. » 

• • • Exposer aux yeux de tous 

Exposer ses œuvres au regard des autres, c’est le plaisir de la plasticienne. Leur permettre de s’approprier l’œuvre, pour que celle-ci puisse lui échapper et que les gens perçoivent des choses différentes, que l’artiste elle-même ne perçoit pas.

Lors de la réalisation d’une de ses œuvres dans l’espace public, l’artiste nous dit : « Les gens venaient me voir et puis ils disaient « Mais là vous avez voulu dire quoi ? C'est quoi le sens ? » Et moi je leur ai dit, je n’ai pas forcément envie d'imposer un sens et que vous soyez rassurés par le fait de comprendre exactement ce que vous voyez, mais plutôt que vous ayez de la place pour votre imaginaire. »

Et c’est pour être confronté à cette multitude d’interprétations que Marion expose dans des lieux peu communs ou ouvert à tous, notamment dans des lieux en transition qui vont être amenés à être transformés ou bien démolis.

« J'aime aller chercher le regard d'autres gens qui ne sont pas forcément des habitués des lieux artistiques. J'aime me retrouver dans un endroit où finalement toutes sortes de publics peut venir. »

Mobirise

Marion Chombart de Lauwe

• • • La dernière œuvre de Marion

Comme on l’expliquait précédemment, Marion aime travailler sur des paysages qu’elle invente. En effet l’artiste souhaite se questionner sur « qu’est-ce que le paysage aujourd’hui ? », par rapport notamment à notre impact, celui de l’humain sur son environnement et une possible dégradation. 

Mobirise

Gravure - Disquaire libraire à Vitry - Marion Chombart de Lauwe

« Je l'ai fait sur le mur d'un disquaire libraire à Vitry, pour les 3 ans de la boutique. Je suis allée peindre une grande peinture sur le mur d’un paysage inventé, où j'ai introduit la couleur. J’aime bien travailler sur des fresques et essayer de retrouver une sensation de gravure. Donc j'ai gratté aussi le mur et j’étais dans une composition avec de la couleur, du noir par-dessus et du grattage, pour lui apporter de la lumière. »

• • • Marion Chombart de Lauwe et The Art Cycle

Le concept de la galerie The Art Cycle propose aux professionnels et aux particuliers une sélection d’œuvres éclectiques. Il est donc important pour nous de diversifier les propositions artistiques de notre site internet. C’est ainsi que nous étendons notre sélection avec des peintres, plasticiens ou dessinateurs tels que Marion Chombart de Lauwe.

Ravis de compter Marion parmi nos artistes depuis l’année 2020, elle nous a confié que cette collaboration amorcée et concrétisée durant le confinement a été une belle opportunité de pouvoir montrer son travail n’ayant pu accès à ses expositions physiques à cause de la pandémie.

• • • Le mot de la fin

Marion Chombart de Lauwe est une artiste complète, de par son travail plastique et ses recherches artistiques d’environnements peu communs. Elle se distingue par sa réflexion poussée et son envie de représenter la complexité de notre société, en constante mutation, avec sincérité et émotion.  

Merci à toi Marion pour ce bel échange.

PARTAGEZ CET ARTICLE ! 

Vous aimerez aussi !