create your own web page

Corinne Pirault, artiste plasticienne à l'univers coloré

À LA RENCONTRE DE...

Oriane Auzerie Dubon - 28 Janvier 2021

Mobirise

Il y a quelques jours Oriane, chargée de communication de The Art Cycle, est allée à la rencontre de l’artiste plasticienne Corinne Pirault. 

Je suis arrivée, un samedi sous la neige, dans son atelier-appartement du 12ème arrondissement de Paris.  

Un écrin où toiles, dessins, livres d’inspirations, crayons, carnets, peintures et pinceaux s’entremêlent sur la table basse, le sol et le mobilier. Les couleurs vives et les symboles ci et là font de cet endroit un lieu joyeux, propice à la création et à la découverte.

Cafés servis, nous commençons à discuter… et je découvre une artiste qui exprime avec la peinture ses émotions, ses rencontres, ses moments de bonheur. Elle utilise ce média pour également transmettre ses idées, ses inquiétudes et certains sujets de prédilection semblent revenir souvent et inlassablement sur sa toile.

C’est sur un léger fond musical que Corinne commence à me montrer ses œuvres. Plus que me les montrer, elle me les raconte, et les toiles que je suis en train de contempler prennent ainsi tous leurs sens. En me racontant ses œuvres, c’est bien sûr ses voyages, ses amis, son histoire qu’elle me raconte. Je suis fascinée par ce que j’entends, et encore plus parce ce que je vois.

Les couleurs de ses toiles semblent raisonner dans la pièce, la puissance des symboles aussi. Évidemment, rien n’est laissé au hasard, tout s’explique, tout s’interprète. 

• • •  Corinne nous raconte son parcours d'artiste, ses inspirations

Pouvez-vous présenter votre parcours artistique ?

J'ai pratiqué la danse pendant plus de 20 ans, des accidents traumatiques ne m'ont pas permis de me projeter dans un objectif professionnel. Cet art m'a offert la rigueur et la discipline. Pendant longtemps j'ai tourné autour la peinture, j'ai d'abord commencé par la peinture sur tissu avant de poser mon écriture sur des châssis. C'est lors d'un voyage au Nicaragua que j'ai osé me lancer grâce à l'invitation de mon ami peintre dans son atelier et depuis je n'ai jamais cessé de peindre.

Mobirise

                                                         Toile "Cheptel", peinture acrylique sur toile de coton

Aujourd’hui qu’est-ce qui vous inspire au quotidien dans votre travail d’artiste ?

Le confinement m'a un peu freiné car mon inspiration je la trouve essentiellement à travers mes voyages, mes rencontres, les parfums des villes… Du coup je me suis un peu centrée sur moi, un peu trop peut-être à mon goût car je ne pouvais plus sortir ni vivre avec le sentiment de légèreté et de liberté. Ces derniers temps je m'inspire de mes lectures, d'où ma série sur les animaux. 

Mobirise

                                                                                                       Toile "Le Loup mystérieux" 

Quelles sont les caractéristiques principales de vos œuvres et pourquoi ?

Au niveau des couleurs je dirais que mon fil conducteur est le bleu, qu'il soit dans le ciel ou la mer.  Une image, un parfum, une phrase, une émotion... tout peut me procurer une envie de le retranscrire. J’explore tous les univers car ce que je vis influence fortement ce que je peins. 


Vous dites que la peinture est votre langage, qu’exprimez-vous dans vos œuvres ?  

 Mes valeurs, mes émotions, mes ressentis sur des faits de société, tenter de sensibiliser les femmes et les hommes afin qu'ils se recentrent sur notre Univers, sur l'humain et sur la faune et la flore. 


Vous dites également que le positionnement de la femme dans la société est une de vos sources d’inspiration principales. Comment la figure féminine a-t-elle évoluée dans votre art ?

Je recherche, à travers la représentation de la femme dans mes œuvres, un besoin que cette dernière prenne conscience de sa puissance, qu'elle gagne en confiance et en indépendance sans être dans une certaine radicalité. Qu'elle se positionne dans une démarche d'une vraie égalité homme femme en utilisant son intelligence et ses moyens qui lui sont propres. Elle doit être en adéquation avec elle-même, avec ses forces et ses faiblesses.


La mer, le dérèglement climatique, la pollution sont également au cœur de vos œuvres : selon vous, quelles conséquences pourrait-on tirer de la crise que l’on vient de vivre ?  

Je ne suis pas sure que les gens aient eu une grande prise de conscience sur l’impact de leur consommation ou de leurs choix d’enseignes. Je ne suis pas sûre non plus que beaucoup aient modifié leurs comportements… Au contraire, beaucoup se sont précipités dans les magasins dès qu’ils ont pu le faire. 


Si vous pouviez revenir 15 années en arrière, que diriez-vous à l’artiste que vous étiez à cette époque ?

Ose, fais toi confiance, laisse-toi guider par ce que tu as envie de peindre. 


Avec quels artistes voudriez-vous diner, et que leur diriez-vous ?

J’aimerais diner à la table de Séraphine de Senlis et du Douanier Rousseau pour les remercier de leur héritage et d'avoir ouvert la voie aux peintres naïfs en se moquant des critiques. 


Avec qui rêveriez-vous de faire une œuvre ?

Frida Kahlo pour son écriture mexicaine et sa capacité à nous montrer sa souffrance et ses émotions dans ses œuvres.  

Niki de Saint Phalle pour le gigantisme de ses œuvres et les couleurs qui apportent de la douceur aux sujets traités. 

Botero pour ses formes rondes, au-delà des critères de beauté. 


Pour vous, qu’est-ce que l’art ?

L’art c’est le langage de l’émotion et donc le langage universel. 


• • •  Corinne nous parle de deux de ses oeuvres
Mobirise

                                                                               Corinne Pirault devant sa toile "La Reina"

La Reina, on ne sait pas si elle protège la ville ou si elle va l’agresser, toutefois je l'ai peinte pour qu'elle en soit la protectrice, avec toute la puissance de la Femme, de la mère. 

Mobirise

                                     Toile "Prise de conscience", peinture acrylique sur toile de coton

"Prise de conscience", je l’ai peinte à mon retour d’Uruguay. C'est une œuvre issue d'une murale que j'ai réalisée à Montevideo chez Alvaro (…). Le poisson est un des symboles qu'on retrouve dans les œuvres de Torres Garcia, peintre uruguayen qui a collaboré avec Mondrian. Dans le mie, au regard du temps alloué, j'ai choisi de le reprendre tout mixant les symboles français et uruguayens à la "manière de".

Pourquoi le poisson ? c’est un animal très présent dans mes œuvres, synonyme de la mer, mon univers, aujourd’hui on ne fait pas assez attention au monde de la mer. 

Cette toile reprend tout le chemin de nos choix de consommation, illustrés et présents dans le corps du poisson. 

On voit les avions, pour le flux important de personnes, les cargos qui amènent les biens de consommation, en provenance des pays producteurs à bas coûts. La présence de data center pour symboliser nos recherches plus ou moins futiles sur le net fort consommateur d'énergie… et l'eau cet élément précieux qui va nous manquer de plus en plus…

Mobirise

                                                                                   Dans l'atelier de l'artiste Corinne Pirault

• • •  Le mot de la fin...

J’ai adoré aller à la rencontre de cette talentueuse artiste, l’écouter me parler de son parcours, de ses inspirations et surtout de ses toiles. Son univers coloré et puissant m’a beaucoup touché et parlé. Corinne est une femme artiste à l’image de ce qu’elle peint : puissante, un peu rebelle, qui a à cœur d’exprimer ce qu’elle ressent.  

L’art est son langage.



PARTAGEZ CET Article ! 

Vous aimerez aussi !