.

Marie Desert

583remove_red_eye

Marie Désert est plasticienne depuis 2002 : peinture, dessin, photo, vidéo, création textile.

Elle commence en 1999 comme assistante de directeur artistique à Publicis Consultants. Plus attirée par l'univers artistique, elle expose ses illustrations, anime des cours d'arts plastiques, fait de la vidéo projection live lors de spectacles avec Sibiel et la Cie Discobole, peint sur des photos avec Zullo. En 2012 elle rencontre les artistes qui vont devenir le collectif [WeART] grâce aux « Jeunes Talents » de Rémi Castillo. Elle expose lors du Festival Hors Piste 2018 à Beaubourg, à la galerie Noëlle Aleyne rue Charlot, où elle et invite l'écrivain Dyckson, les musiciennes/ chanteuses Macha Gharibian et BiniSun, à la galerie du Centre derrière Beaubourg en 2019. Marie Désert réalise un projet de kimono écologiques « Art-de-porter » pour relier art, artisanat et relationnel. Depuis décembre, elle est en résidence au 59 Rivoli jusqu'au 19 juin 2020, où elle installe le « Bureau des émotions ».

Marie utilise l’énergie corporelle, l’intuition, et le lâcher prise, pour peindre, dessiner, filmer, créer et photographier.
Elle peint avec des pigments purs, pour l’intensité de la couleur ; elle photographie et filme -avec un smartphone pour capter la spontanéité, et des instants précis ; elle dessine au stylo à bille pour l’aspect gravure, et car c’est un objet accessible ; elle réalise des kimonos -art de porter- en faisant imprimer son travail à l’encre à l’eau, sur satin de coton bio.

Elle peint en trichromie : avec 3 couleurs + le blanc, en séparant les couches, un peu à la manière de la sérigraphie ou de l’impression offset. Marie interroge la place du savoir-faire de la main de l’homme, dans une société où tout est technologiquement possible.
Elle capture des scènes qui la touchent de manière intuitive, les imprime en petit format, puis recrée son film. Elle va à rebours de l’histoire de l’art en partant de l’image animée du cinéma, passant par la photo, pour revenir à la peinture. L’arrêt sur image rend palpable et visible une atmosphère, et met la pensée en mouvement. Réaction face au monde actuel où tout va trop vite.

Le temps est au cœur de sa création : durée d’observation attentive nécessaire pour représenter directement sans esquisse ; vitesse qui permet de saisir sur le vif, occasionne, le « one shot », et parfois l’accident heureux.
La question du genre est prégnante : par l’esthétique des corps, dans les émotions et les rapports humains dépeints. Elle tente d’aller au-delà des apparences par l’image, en peignant l’indicible : un langage visuel émotionnel, un dialogue cœur à cœur que les mots ne peuvent exprimer.
Depuis 2015 elle crée des séries de peintures et de dessins, inspirés de films de Jean-Luc Godard, de Quentin Tarantino, de Louis Malle, d’Alfred Hitchcock, de Bent Hamer, de Michael Cacoyannis, de Claude Sautet.

Marie expose dans de nombreuses galeries depuis 2004 à Paris et en îles de France que ce soit lors d’expositions collectives ou d’expositions personnelles. Elle a également participé à des salons d’Arts.

Vous souhaitez exposer sur The Art Cycle ?